APEDYS
   
La dyslexie, l'union fait la force!
   
La communauté des chercheurs chercheur : TRAITEMENTS PHONETIQUES EN LECTURE : LECTURE NORMALE ET DYSLEXIE

 

Présentation des recherches

Papier de Sonia Krifi, Doctorante en Neuropsychologie

 

Mes recherches concernent l’étude de la sensibilité des enfants dyslexiques à des composantes phonétiques (traits phonétiques et indices de sonorité) dans des situations de lecture silencieuse.

Nous supposons une intervention précoce, à très bas niveau, de la phonologie en lecture. Ce code phonologique serait suffisamment fin et précis pour être décrit en termes de traits phonétiques et d’indices de sonorité. D’après les études que nous avons réalisées précédemment, les enfants dyslexiques présenteraient des difficultés à ce niveau. Notre but principal est donc de mieux comprendre les anomalies des enfants dyslexiques concernant les connaissances et les traitements en rapport avec les traits phonétiques et la sonorité.

 



 

1. Recherches menées auprès d’adultes normo-lecteurs

 

Pour mieux comprendre les difficultés des enfants dyslexiques, nous avons tout d’abord cherché à mieux comprendre chez l’adulte les mécanismes cognitifs qui sous-tendent les effets de ressemblance phonétique entre les phonèmes représentés par les lettres d’un même stimulus écrit. D’après de premières expériences (Bedoin, 2003), les effets de ressemblance de voisement varient selon la position de la lettre qui doit être identifiée (C1 ou C2 dans un pseudo-mot de structure C1VC2V), dans une tâche de détection et d’identification de lettre : la ressemblance de voisement entre les deux consonnes du pseudo-mot facilite la détection de C1 et gêne celle de C2. Ces résultats ont été interprétés en terme d’organisation des connaissances sur les phonèmes (les ‘unités phonémiques’) selon des relations d’inhibition latérale, intra-niveau, dont le poids varierait en fonction du nombre de propriétés phonétiques partagées. Le trait de voisement jouerait pour cela un rôle particulièrement crucial (Bedoin, 1998a ; Chavand & Bedoin, 1998).

En premier lieu, nous avons étudié quelles conditions sont nécessaires à l’apparition de tels effets de ressemblance phonétique. Nous avons pu montrer que ces effets sont dus à la présentation simultanée des deux syllabes à l’intérieur du pseudo-mot ; une telle présentation conforme au mode de présentation temporelle habituel des lettres d’un mot, est un élément essentiel à la mise en jeu des connexions intra-niveau pour les connaissances phonémiques (Krifi, Bedoin & Herbillon, 2003). Pour cela, nous avons évalué l’effet de la suppression de la simultanéité (i.e., présentation séquentielle : la première syllabe (e.g., do**) présentée brièvement et immédiatement suivie de la deuxième syllabe (e.g., **pi) présentée tout aussi brièvement) : l’absence de simultanéité de présentation des syllabes entrave la mise en jeu des relations d’inhibition latérale intra-niveau entre unités phonémiques, mais permet le développement d’effets dus à des relations bottom-up, inter-niveaux, entre des ‘unités traits phonétiques’ et des ‘unités phonémiques’. Ces relations interviennent plus tôt que les relations phonétiques intra-niveau. Avec un tel déroulement des événements visuels dans le temps, la ressemblance de voisement entre les consonnes facilite l’identification de C2 et gêne celle de C1.

En outre, une telle configuration de résultats est conforme à celle que nous avons observée chez des enfants dyslexiques à qui toutes les lettres du pseudo-mot CVCV étaient présentées simultanément (Krifi, Bedoin & Mérigot, 2003). La conformité des effets obtenus en présentation séquentielle chez les adultes bons lecteurs et en présentation simultanée chez les enfants dyslexiques suggèrerait deux choses. D’une part, les enfants dyslexiques souffriraient d’une imprécision des critères phonétiques pour l’organisation entre les unités de connaissance sur les phonèmes ; d’autre part, ils auraient des difficultés à encoder l’emplacement des lettres de façon automatique et simultanée sur l’ensemble d’un stimulus CVCV et traiteraient les unités de façon excessivement séquentielle (comme les adultes en cas de présentation séquentielle). Cela les rendrait particulièrement vulnérables aux effets délétères de masquage entre lettres, portant particulièrement préjudice au traitement des premières unités d’un stimulus si celles-ci ressemblent phonétiquement aux suivantes. Ces interprétations, concernant la lecture, sont en lien avec les travaux montrant une sensibilité particulière des enfants au masquage en perception de parole (Rosen, 2003).

 

2. Recherches conduites auprès d’enfants normo-lecteurs

 

Afin de mieux comprendre les anomalies présentées par les enfants dyslexiques, il paraît important d’étudier également ce qui se passe chez les enfants normo-lecteurs, qui constituent des groupes contrôles. Nous avons proposé à des enfants normo-lecteurs de niveau CE1, CE2, CM1 et CM2 la même tâche de détection de lettre en présentant simultanément toutes les lettres du pseudo-mot, avec un temps de présentation de 85 ms. Dès le CE2 les enfants présentent des effets attestant l’implication des relations d’inhibition latérale basées sur des critères phonétiques entre les unités phonémiques (Krifi, Bedoin & Herbillon, 2003).

 

3. Recherches (menées et en cours) auprès d’enfants dyslexiques

 

3.1. Le trait phonétique de voisement

 

Toutes ces études ont comme objectif principal de mieux comprendre les anomalies des connaissances et des traitements phonétiques chez les enfants dyslexiques. La même expérience que les enfants normo-lecteurs (présentation simultanée pendant 85 ms) a été proposée à des enfants dyslexiques, appariés à des enfants contrôles normo-lecteurs en âge lexique (Krifi, Bedoin & Herbillon, 2003). Les enfants dyslexiques ont été sélectionnés sur la base de leur dossier établi au service de Neuropédiatrie du Centre Hospitalier Lyon-Sud par Vania Herbillon (psychologue-neuropsychologue, partenaire du projet déposé pour Emergence 2003). Les résultats montrent que les enfants dyslexiques présentent un pattern de résultats inverse par rapport à celui des enfants normo-lecteurs de CE2 et des adultes normo-lecteurs, à savoir une facilitation pour le traitement de C2 et une gêne pour celui de C1. Ainsi, chez les enfants dyslexiques, il n’y aurait pas de mise en jeu des relations d’inhibition latérale intra-niveau entre unités phonémiques ; en revanche, les relations bottom-up, inter-niveaux, entre des ‘unités traits phonétiques’ et des ‘unités phonémiques’ interviennent.

L’objectif principal de ces travaux est de mettre au point des entraînements spécialisés pour enfants dyslexiques, afin de remédier aux anomalies repérées et mieux comprises grâce aux expériences que nous venons de décrire. Par ailleurs, nous envisageons de poursuivre un type d’entraînement, que nous avons déjà commencé à tester. Il s’agit d’un entraînement audio-visuel portant sur le trait phonétique de voisement (logiciel Play-On, Danon-Boileau & Barbier, 2000, 2003). Nous avons déjà testé 14 enfants dyslexiques : 6 d’entre eux ont suivi cet entraînement. Nous avons évalué l’impact de ces exercices ; les premiers résultats ont été encourageants, puisqu’ils ont montré que les deux groupes d’enfants (groupe entraîné et groupe non entraîné) ne différaient pas dans leurs performances lorsqu’ils sont testés avant l’entraînement. En revanche, lorsqu’ils sont testés après l’entraînement, seul le groupe entraîné de façon audio-visuelle présentait une sensibilité aux ressemblances de voisement identique à celle des adultes bons lecteurs (et des enfants normo-lecteurs de CE2) (Krifi, Mérigot & Bedoin, 2002). Cet entraînement pourrait donc s’avérer efficace pour aider les enfants dyslexiques à mettre en avant des représentations phonologiques plus précises, mieux organisées, en particulier en termes de critères phonétiques.

 

3.2. Autres catégories de traits phonétiques

 

Les catégories de traits phonétiques ont été proposées par des linguistes, elles ont leur légitimité en linguistique. Nous souhaitons étudier, parmi toutes celles existant, les 3 catégories fondamentales pour les consonnes du français : le mode d’articulation, le lieu d’articulation et le voisement. Notre objectif est de montrer que ces 3 catégories de traits sont également pertinentes en psychologie cognitive et en neuropsychologie.

Nous avons déjà étudié le trait de voisement, comme expliqué aux paragraphes précédents. Afin d’étudier les deux autres catégories de traits phonétiques (mode et lieu d’articulation), nous testons actuellement auprès d’enfants dyslexiques une nouvelle expérience, qui est également proposée à des adultes et des enfants normo-lecteurs.

 

3.3. La sonorité

 

Un autre aspect phonétique nous semble intéressant pour progresser dans la compréhension des troubles cognitifs/linguistiques chez les enfants dyslexiques : il s’agit des indices de sonorité. Pour cela, nous proposons de mettre au point des expériences permettant d’affiner la description du rôle de la sonorité en lecture chez les bons lecteurs, pour ensuite mieux comprendre les anomalies des enfants dyslexiques dans la prise en compte des indices de sonorité en lecture.

Nous poursuivrons ici des travaux déjà engagés dans l’équipe Langage du Laboratoire EMC dans ce domaine (Fabre & Bedoin, 2002, 2003) : les expériences réalisées antérieurement ont montré que les enfants dyslexiques sont sensibles aux indices de sonorité en lecture, mais que les règles phonotactiques qu’ils utilisent leur sont propres et diffèrent de celles employées par les bons lecteurs (enfants ou adultes).

L’objectif sera ici aussi de mettre au point des entraînements portant sur ces aspects de sonorité, que nous proposerons à un groupe d’enfants dyslexiques.

 

 

 

Références citées

 

Bedoin, N. (2003). Sensitivity to voicing similarity in printed stimuli : Effect of a training programme in dyslexic children. Journal of Phonetics, 31, 541-546.

 

Bedoin, N. (1998a, septembre). Phonological feature activation in visual word recognition. Paper presented at the Xth Congress of the European Society for Cognitive Psychology (ESCOP), Jérusalem: Israël.

 

Chavand, H., & Bedoin, N. (1998, septembre). Phonetic features activation in visual word recognition: The case of the articulation point and the articulation mode. Poster presented at the Xth Congress of the European Society for Cognitive Psychology (ESCOP), Jérusalem: Israël.

 

Danon-Boileau, L., & Barbier, D. (2000). Play-On. CD-Rom PC, Audimédia.

 

Fabre, D., & Bedoin, N. (2003). Sensitivity to sonority for print processing in normal readers and dyslexic children. Current Psychology Letters: Behavior, Brain & Cognition, 10(1).

 

Fabre, D., & Bedoin, N. (2002, novembre). Sensibilité à la sonorité en lecture: normo-lecteurs et dyslexiques. Poster présenté aux IIIe Journées des Troubles d’Apprentissage du Langage Oral et Ecrit, Aix-en-Provence: France.

 

Krifi, S., Bedoin, N., & Herbillon, V. (2003, septembre). Phonetic priming and backward masking in printed stimuli: A better understanding of normal reading and dyslexia. Paper presented at the XIIIth Congress of the European Society for Cognitive Psychology (ESCOP), Grenade: Espagne.

 

Krifi, S., Bedoin, N., & Mérigot, A. (2003). Effects of voicing similarity between consonants in printed stimuli, in normal and dyslexic readers. Current Psychology Letters: Behaviour, Brain & Cognition, 10(1), 1-7. http://cpl.revues.org/document93.html.

 

Krifi, S., Mérigot, A., & Bedoin, N. (2002, novembre). Traitement de la ressemblance de voisement en lecture et dyslexie. Poster présenté aux IIIe Journées des Troubles d’Apprentissage du Langage Oral et Ecrit, Aix-en-Provence: France.

 

Rosen, S. (2003). Auditory processing in dyslexia and specific language impairment: Is there a deficit? What is its nature? Does it explain anything? Journal of Phonetics, 31, 000-000.




Posté le Lundi 07 mars 2005 @ 14:53:07 par adminv

Liens Relatifs



Page Spéciale pour impression  Envoyer cet Article à un ami 

Anonyme
4305       

Anonyme
  Posté : 15-06-2005 13:52

j'ai 30 ans je souffre de dyslexie et j'ai besoin d'aide

chris
602      

chris
  Posté : 23-06-2005 18:48

Pour avoir des réponses il faut poser les questions sur le forum, ou contacter l'Apedys la plus proche de chez vous

  Profil  www
Les Commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.

Tous les Logos et Marques sont déposés, les commentaires sont sous la responsabilité de ceux qui les ont publiés. pour plus d'informations

Temps : 0.0838 seconde(s)