APEDYS
   
La dyslexie, l'union fait la force!
   
La communauté des chercheurs De l'origine génétique de la dyslexie développementale de Fabien Dworczak

   

Certaines dyslexies " familiales " pourraient trouver une explication dans une origine génétique : une étude américaine vient d'identifier une mutation génétique significativement associée à la dyslexie. Cette mutation (bras court du chromosome 6) touche un gène de fonction inconnue ce qui incite les auteurs de l'étude à la prudence quant à la qualification de " gène de la dyslexie " : pour ces auteurs ce gène ne peut être considéré que comme " un gène potentiellement impliqué dans l 'étiologie de la dyslexie ". Il a été établi que des facteurs génétiques interviennent dans le développement de la dyslexie : environ la moitié des enfants de parents de dyslexiques, la moitié des parents d'enfants dyslexiques et la moitié des frères et sœurs de dyslexiques sont eux-mêmes dyslexiques.

Ces observations ont conduit de nombreuses équipes de chercheurs à faire l'hypothèse de l'existence de " gènes de la dyslexie ". Depuis le début des années 1980, diverses études ont d'ailleurs permis l'identification de nombreuses régions du génome humain qui pourraient être impliquées dans la genèse de ce trouble neurocomportemental. Les chercheurs (1) qui souhaitaient obtenir de nouvelles données sur le rôle éventuel de cette région génomique du chromosome 6 dans la transmission de la dyslexie et espérant aboutir à l'identification d'un gène directement impliqué dans l'apparition de troubles de la lecture et de l'écriture, ont mené une nouvelle analyse du patrimoine génétique de familles de dyslexiques. Le gène découvert pourrait être impliqué dans la migration des neurones lors du développement du cerveau humain et les chercheurs ont pu établir que ce gène s'exprime dans les régions cérébrales impliquées dans les taches de lecture.

 

De l'ensemble de ces résultats, il ressort que la délétion d'une portion de ce gène pourrait être impliquée dans le développement de la dyslexie. Cette mutation ne devrait pas conduire à une perte de fonction du gène puisque aucune anomalie dans la migration des neurones n'a jamais été observée chez les sujets dyslexiques. En revanche, la mutation pourrait avoir des conséquences sur le fonctionnement des aires cérébrales mises enjeu lors de la lecture et de l'écriture.

 

Les auteurs (1) insistent sur le fait que la dyslexie est un pathologie trop complexe pour que l'on puisse lui imaginer une origine monogénique car de multiples facteurs génétiques et environnementaux sont vraisemblablement impliqués. Et la mutation du gène en question qui a été identifiée en fait potentiellement partie. A suivre...

 

 

(1) Meng et coll., Proceedings ofthe National Academy of Sciences, USA, 28 Octobre.

 

 

Dworczak Fabien




Posté le Dimanche 18 décembre 2005 @ 09:26:46 par adminv

Liens Relatifs



Page Spéciale pour impression  Envoyer cet Article à un ami 

Anonyme
4305       

Anonyme
  Posté : 19-03-2006 22:13

Bonjour fabien
Je suis Yann de Meximieux, nous avons mangé ensemble ce week end à l'hotel des Randonneurs. Je te laisse mon adresse email ypapo@cegetel.net
A bientôt
Yann Pagès

Les Commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.

Tous les Logos et Marques sont déposés, les commentaires sont sous la responsabilité de ceux qui les ont publiés. pour plus d'informations

Temps : 0.0689 seconde(s)